Cat Ba – Baie d’Along (bis)

Vous aimerez peut-être aussi

2 Réponses

  1. Patricia dit :

    Bonjour Pascale,

    On se connaît je pense… mais avec ma mémoire de souris, je ne suis plus certaine.

    Je viens de regarder tes photos de Cat Ba, elles me laissent un goût très amer. Je m’explique : lorsque je vois la population des villages flottants, j’ai vraiment l’impression que tout ce tourisme moderne ne leur apporte rien ou presque. Ils semblent continuer leur petite vie de pauvres pêcheurs tout simplement à côté de ces grands hôtels fréquentés par ces Blancs qu’ils pensent tous très riches, mais il n’y a pas d’interaction entre les deux hormis le fait d’être photographiés comme des animaux de cirque. Cela me fait un peu penser aux femmes girafes du Triangle d’Or.

    Ailleurs au VN, j’ai vu des locaux tirer grand profit du tourisme et s’intégrer à leur nouvelle vie, surtout lorsqu’ils vivent à deux pas d’un lieu de tourisme. Bien triste tout cela…

    • @Patricia
      Je ne crois pas que nous nous connaissions sauf erreur de ma part.
      Je ne trouve personnellement pas triste de voir des personnes continuer à mener une vie normale comme avant le débarquement du tourisme, l’apport lié au touriste bénéficiant rarement aux plus pauvres.
      Je me rappelle notamment des rizières en terrasse des Philippines si belles mais malheureusement menacées par la friche car les paysans gagnent plus d’argent à faire les guides pour les touristes et vont certainement finir par tuer leur poule aux oeufs d’or. Une fois que les touristes auront trouvé de nouvelles rizières plus belles et mieux entretenues ailleurs, quel avenir pour ceux qui auront tout misé sur le tourisme et perdu leur savoir faire à part chercher du travail de salarié en ville ?
      Enfin, c’est toute la question très complexe de l’impact touristique… je suis tombée par hasard sur ce lien qui fait froid dans le dos : http://elalaoui.free.fr/partonechapterthree.html
      et j’ai (pour le peu que j’en ai vu) trouvé le Vietnam plutôt préservé à ce propos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *